Bitcoin, Should I sell or should I hodl?

Bitcoin you got to let me know
Should I sell or should I hodl?
If you say that you are mined
I’ll be here ’til the end of time
So you got to let me know
Should I sell or should I hodl?

It’s always pumps, dips, pumps
You aren’t happy when you are on dips
One day it’s moon and next it’s black
So if you want me hodl for the long term
Well, come on and let me know
Should I sell or should I hodl?

Should I sell or should I hodl?
Should I sell or should I hodl?
If I go, there will be trouble
And if I stay it will be double
So come on and let me know

This indecision’s bugging me
If you don’t want me, set me free
Exactly whom I’m supposed to be
Don’t you know which altcoins even fit me?
Come on and let me know
Should I mine it or should I blow?

Hardfork

Should I sell or should I hodl?
Should I sell or should I hodl?
If I go there will be trouble
And if I stay it will be double
So ya gotta let me know
Should I mine it or should I blow?

Should I sell or should I hodl now?
If I go there will be touble
And if I stay it will be double

So ya gotta let me know me
Should I sell or should I hodl?

Commentaires sur l’avenir du Web

J’ai été sollicité récemment par des étudiants pour répondre à un questionnaire sur les futures tendances du web sur la base d’une méthode Delphi. L’occasion pour moi de confronter ces questions avec mon expérience et de faire quelques recherches.

Alors que le e-commerce représente à peu près 8% du marché du commerce, quel plafond pourrait-il atteindre selon vous ?

Je ne suis pas en mesure d’estimer un plafond que le eCommerce pourrait atteindre, voici des  tendances qui vont en  faveur de son augmentation.

Tout d’abord il y’a un élément culturel, les digital natives sont par définition plus enclins à commander en ligne. Ils n’ont pas peur ou ne se posent pas la question de la sécurité ou de l’utilisation des données personnelles collectées.

Il y a les éléments technologiques comme les Chatbots interfacés aux plateformes de messenging type Facebook Messenger qui facilitent le process d’achat seul ou à plusieurs. La Realité Virtuelle et la Réalité Augmentée permettent d’essayer les produits chez soi. On peut imaginer un scan 3D de l’utilisateur via une caméra de mobile, l’apposition des produits sur ce modèle et une restitution sur un support quelconque (télé, interface web) pour partager l’essai avec des amis en temps réel ou différé. L’Intelligence Artificielle est sur toutes les bouches et pour cause elle joue un rôle majeure dans la collecte de données et de leur traitement à des fins de personnalisation de l’expérience.

Vous le comprenez bien ici, l’interconnexion de ces technologies va permettre de proposer aux consommateurs une expérience continue sur ses différents points d’accès que ce soit sur Desktop, sur mobile, dans leur véhicule, sur leur wearables (montres, vêtements). La continuité et la transparence de cette expérience favorise l’achat en ligne.

Il y a des éléments temporels car le eCommerce est par définition disponible 24/7 et facilite l’accès au produit.

Il y a des éléments géographiques car l’accès au web se développe dans les pays dits « émergents » et va donner accès à l’achat en ligne, à de nouveaux consommateurs.

Bien que le eCommerce ne convienne pas à tous les produits, je vois une belle complémentarité entre commerce offline et online, l’un faisant le relai de l’autre.

Selon vous, quelles fusions et acquisitions d’entreprises, en termes d’activités, vont être réalisés dans les années à venir ?

L’intelligence artificielle et la réalité virtuelle étant au cœur du digital, on observe déjà des acquisitions par des grands groupes en particulier dans l’AI, la VR et l’AR :

Elles investissent également dans les outils de travail collaboratif, la sécurité ou encore la gestion d’infrastructure dans le cloud.

Je pense que cette tendance va se poursuivre, plus on aura de données engrangées par différents périphériques, plus on aura besoin de stockage facile à interfacer et à gérer, plus on aura besoin de garantir la sécurité de leurs données.

Par ailleurs, ce qui me semble intéressant aujourd’hui c’est que la Transformation Digitale des groupes passent par l’acquisition de petites structures qui leurs permettent d’intégrer des savoir-faire auparavant externalisés et ainsi gagner en agilité et en maîtrise des coûts.

Les sites web actuels vont-ils laisser place à d’autres plateformes ?

La consultation d’un site web sur desktop ne risque pas de disparaître sur un long terme au profit d’une consultation exclusive sur terminaux mobiles et interfaces vocales (Alexa…) ou sur une combinaison de projecteurs, d’interfaces vocales, tactiles ou gestuelles à la Minority Report. Il me semble que nous travaillerons encore de nombreuses années sur des ordinateurs de bureau car ils restent très performants avec un combo clavier / souris / palettes graphiques. Le navigateur restant à portée de clic pour chercher et produire, il devrait rester un moyen privilégié (et discret, openspaces …) pour consulter le web.

Par ailleurs la plateforme web en tant que plateforme de distribution de contenu (CMS multi-medias vidéo, audio, texte, image) via des API est en plein croissance et devrait continuer ainsi.

Je vois plutôt une complémentarité des différents devices d’accès plutôt qu’une disparition.

Le mobile prend de plus en plus de place dans notre vie, pensez-vous qu’il remplacera complètement le Desktop ?

Pour continuer sur la réponse ci-dessus, dans un cadre professionnel je ne pense pas que le mobile remplacera le desktop et il est un excellent complément. Je me demande si les interfaces AR / VR vont supplanter le desktop car certains types de jeux devraient rester très jouables avec un clavier, une souris et une commande vocale comme par exemple les Real Time Strategy (Starcraft).

Dans un cadre privé pourquoi pas. Je pense que les phablettes sont un bon compromis en tant que deuxième écran et peuvent remplacer un ordinateur de bureau.

On voit aussi émerger des mobiles qui, posé sur un dock et à un écran, jouent le rôle du desktop comme le Samsung DeX. Je pense que l’adoption de la VR dans le B2C peut passer par là et pourquoi pas envisager d’avoir un dock embarquant un GPU ou un module GPU venant se greffer sur un mobile comme par exemple le Motorola Moto Z afin que le mobile puisse afficher de la 3D temps réel.

Les réseaux sociaux sont au cœur du web 3.0, quels rôles vont-ils jouer pour les sites web actuels ? Pourraient-ils les remplacer ?

Si on n’éduque pas, oui ! Beaucoup d’internautes assimilent Facebook à Internet et n’ont pas connaissance des moteurs de recherche. Ce n’est pas un phénomène récent puisqu’il existait déjà du temps du portail MSN qui rendait difficile la séparation entre les différents services MSN Messenger, MSN Hotmail, MSN Search pour les néophytes etc… Je pense que l’Education Nationale a un rôle prépondérant et complémentaire des parents dans l’éducation de nos enfants à remplir.

Pensez-vous que le Cloud est une solution efficace pour les entreprises ? Même en termes de sécurité ? Tous les services sont-ils voués à passer par le Cloud ?

Le Cloud est une notion marketing, depuis qu’il y a des réseaux dans différents bâtiments, il y a un cloud. Je crois qu’il faut plutôt penser en terme d’architecture technique et de Platorm-as-a-Service (PaaS). L’intérêt du Cloud réside dans sa capacité à fournir des services que l’on a plus besoin de développer (Consommation d’API), sa scalabilité avec des coûts maîtrisés ainsi qu’une maintenance technique transparente. Concernant la sécurité, c’est avant tout une question de coût. Afin d’être certains que les données sont sécurisées, il convient de choisir ou de faire appliquer les référentiels existant (OWASP, ITIL …), d’effectuer les tests nécessaire (Test d’intrusions) et de s’assurer que les mises à jour logiciels soient faites régulièrement.

Accessoirement que vous soyez sur des infras On-Premise ou dans le Cloud, il y a et il y aura toujours un risque pour vos données.

Quel sera le niveau de connaissance sur la vie privée d’un internaute lambda par le web 4.0 ?

Belle question ! D’un côté nous avons une population vieillissante et méfiante mais incapable de comprendre l’utilisation qu’elle en fait du web, d’un autre côté une population naissante qui grandit avec mais qui me semble abrutie par les écrans et habituée à se répandre sur sa vie privée. De nouveau ce qui compte ici, c’est l’éducation et il va falloir se battre pour nos droits à notre vie privée.

Il y a un enjeu très fort sur la Données (Data). Nous sommes dans un modèle où l’on donne nos données contre des services sans maîtriser ce qu’il en est fait. Je suis pour une légifération qui impose plus de transparence de la part des plateformes qui stockent et traitent vos données avec la possibilité d’effacer ces données de manières certaines.

Comment voyez-vous la Supply Chain de demain ? Collaborative ? Quid de la conquête du marché alimentaire de Amazon?

Excellente question ! Je sais simplement que d’un côté on a une société de consommation de masse qui arrive au bout et d’un autre côté une émergence des circuits courts et des organisations citoyennes, le tout supporté par toujours plus de technologies. Je pense qu’au delà de la Supply Chain, il y a un sujet plus grand qui revient à se demander comment on fait pencher la technologie vers plus de bien-être plutôt que vers plus que de contrôle.

Quelles sont les plus grandes tendances liées au web qui vont apparaître dans les prochaines années ? (Projection à compter de 2021)

La singularité technologique (ou simplement la singularité) est l’hypothèse que l’invention de l’intelligence artificielle déclencherait un emballement de la croissance technologique qui induirait des changements imprévisibles sur la société humaine1. Au-delà de ce point, le progrès ne serait plus l’œuvre que d’intelligences artificielles, ou « supraintelligence » qui s’auto-amélioreraient, de nouvelles générations de plus en plus intelligentes apparaissant de plus en plus rapidement, créant une « explosion d’intelligence » créant finalement une puissante superintelligence qui dépasserait qualitativement de loin l’intelligence humaine

  • La connexion au cerveau
  • Le Transhumanisme
  • La santé et les nanotechnologies
  • L’impression 3D de prothèses, de logement, de nourriture et d’organes
  • La livraison par robot
  • Les transports autonomes rapides et sur longue distance (Hyperloop)
  • Les communications bas débits (Sigfox) et haut débit, la 5G !
  • La colonisation spatiale
  • Les écrans souples
  • Les lentilles AR
  • La Blockchain
  • Les ordinateurs quantiques
  • etc…

Les géants du web seront-ils toujours les même d’ici 2021 ? (Google, Facebook, Amazon, Uber, Booking.com, Airbnb, etc..) ?

Les GAFAMs semblent avoir une position prédominante et des reins solides qui leur permettent de faire les acquisitions qui les maintiendront dans cette position.

Les NATUs quant à elle ont démontré une belle capacité à challenger des marchés qui semblaient déjà concurrentiels et bien investis. C’est leur modèle agile et user centric qui leur a permis d’émerger. Leur capacité à garder ce modèle d’organisation, tout en grossissant, et à diversifier leur activité tout en gardant un niveau de qualité du service initial devrait leur permettre de perdurer.

Dans les deux cas, c’est le positionnement et la R&D qui comptent afin de rester compétitif et innovant.

A Journey Into Instrumental Metal

Context

I have been listening to Metal music from early Trash to Death and by Jazz Fusion to Djent. During this journey i discovered my appetite for instrumental as i mainly listen to music while in the public transport or at work. Vocals are to disturbing to focus. I’m currently into Instrumental Djent, a small subgenre. Metal is so vaste it is always difficult to find folks who share the exact same tastes. I finally met a colleague who share them and it is the occasion to write down where i come from and expose my favorites tracks along with related bands.

If you want to have a full picture of my learning, you can give a try to this prog / instrumental playlist gathered over the years just right here: https://www.youtube.com/playlist?list=PLyIyndarmCFe6dKIWGTcOZJnNQxWB2W2l

I’m fan of subgenres, it is always a good laugh even with the « Vegetarian Progressive GrindCore » 😀

Happy Birthday Tiago and thanks for giving me the opportunity to write my first english article ever =) Why not having a Old Cuban Cocktail before digging into this adventure?

The basics

Trash Instrumental

I was initiated by my older brother to Metal with Metallica, world famous Trash band. Nothing to present here, you know them by heart, don’t you?

Pulling Teeth is a master piece, Cliff Burton bass player using Heavy distorsion together with Wah-Wah and Tapping.

From Trash to Trash / Death

What? But this one ain’t Metal at all! And this is where this magical and epic Journey begins, as my wife used to say « You are a lover », of course i am! Instrumental Metal isn’t about extreme heavy madness, it is about FUSION. From there unlimited possibilities are available! Yeah!

From Trash / Death to Death

From Death to Progressive Trash Death

With the introduction of keyboard there is a kind of Industrial genre also in there, this band comes from Italia!

From Progressive Trash Death to Technical Death Metal

As fan of Death Band (Chuck Schuldiner), Cynic was my next move with former members Sean Reinart and Paul Masvidal, problably the song i have heard the most! Pure Jazz Progressive Death Metal.

Carcariass [FR]! It looks like they are back on the scene, i’m so excited!! It is a french band from the mid-90s with both vocal and instrumental songs, the one below is definitely my favorite with its melodic solo.

From Technical Death Metal to Extreme Metal

Short notice because this one is not reprensentative at all, but i’m french and i thought there were worth to mention.

Even harder?!

In case you hadn’t enough and because it is funny to demonstrate how groovy a really heavy song might be.

From… whatever =) to Progressive Instrumental

I swear! I swear! Back in 1999, with a Heavy / Death background, i would diss on bands like Dream Theather with these « Instrument’s Heroes », too much chorus, but never say never, Liquid Tension Experiment (LTE if you prefer) is THE BAND that definitely turned me in to instrumental.

Gordian knot, founded by bassist player Sean Malone, bassist of Cynic after the former one left is amazing in this genre. Two albums that deserve to be listen at least once if you like progressive rock / metal, obviously because Sean Reinert was behind the drums on the first album. As an extra that will follow the ligne Death to Cynic to Gordian Knot, you should give a ear to the following one that will be the exception of this journey because it contains vocals:

Metal Jazz Fusion

Former members of Cynic mixing Jazz and Progressive Metal.

Djent you said? Nah, give me Djont!

Definition

Thanks to SteveT we now have a proper definition for this very sub-genre that i am mad at – « Djent, pronounciation: Deeeuuuh-jent »:

And don’t forget to give a look at this earlier definition:

Now we are aligned, straight to the point! Djentmental!

Early stages

Gru is a Polish artist who wrote and produced this album alone, maybe my prefered artist when it comes to Djent, he was the first one who make me wanted to know more about. Sadly no further release is planned.

Intervals come front Toronto, Canada. They confirmed my appetite for the genre.

This one is a Playthrough, so heavy! And while we are in the heavyness:

Ok Ok, i know what you are thinking, where is Animals As Leader, Major Djent band who are in the front of the Instrumental scene? Here they are, CAFO is Level A:

I love all the songs listed here and i give a lot of attention to this one, melody resonates deeply in my body, love it!

This kid needed to be mentionned, easy listening!

Plini! Interesting artist from Australia actually touring with AAL and Intervals (I missed went they were giging in Paris last summer, ARRRRGH):

Along with his mates from The Helix Nebula:

And the final word is for Sithu Aye Feat Plini:

Special Mention: CloudKicker

CloudKicker is a bit particular in the approach and the structures with his long tracks mixing lounge and heavy djenty parts. It is not that easy to extract a song in particular, the album is somehow continuous and should be listen in its entire, take care the first songs really starts after two minutes:

I hope you will enjoy and share with me what i would have missed =)

Adrien

Gérer sa veille

Je vous propose un article en réaction à la lecture de ce tweet :

C’est l’occasion de faire cette migration de Dotclear vers WordPress entamée il y a plus d’un an et de passer sur un système plus souple et surtout d’avoir un template responsive. Moche certes. Merci pour ce tweet donc =)

C’est aussi l’occasion de faire le point sur ma façon de faire de la veille informationnelle et de voir si je suis dans le coup et si je dois récupérer quelques wagons. Je vais couvrir la question abordée par Clément sous l’angle de l’utilisation du navigateur puis je vous fournirai les source de ma veille dans le cadre de mon métier. Je ne lis pas la presse papier et j’utilise des outils dans mes navigateurs et sur mon mobile.

Disclaimer : J’utilise naturellement des mots et des anglicismes et l’article se veut volontairement généraliste dans sa formulation car le sujet ne concerne pas que les techniciens.

Des généralités et du contexte …

J’utilise deux navigateurs au quotidien, Firefox pour la navigation personnelle et Chrome pour la navigation professionnelle. Je fais cette distinction parce que j’aime Firefox pour son esprit, son respect de la vie privée, son ouverture, bref si vous atterrissez ici il y a des chances que vous ayez cette sensibilité. Je l’ai vu naître, j’ai râlé après pendant cette période sombre où il était lent et plantait (aussi à cause de mauvais plug-ins) et je n’oublierai jamais tout ce qu’il a apporté comme détrôner IE6 et offrir des plug-ins permettant de faire du développement Front-end avec beaucoup plus d’efficacité. Comme il me fallait un deuxième navigateur j’ai naturellement choisi Chrome car il offrait à l’époque peu ou prou les mêmes fonctionnalités puis avec le temps une intégration parfaite et surperformante de Google Drive, que j’utilisais beaucoup pour bosser.
J’utilise beaucoup (peu diront certains) les onglets, du coup je me suis organisé au fil des années.

Afin d’illustrer cet article, deux copies d’écran :

Firefox : bookmarks-ff

Chrome :

bookmarks-chrome

Les outils du navigateur

Les favoris et les bookmarlets

J’ai trois type de bookmarks dans ma barre personnelle située en haut du navigateur sous la barre d’url. Les premiers sont ceux auxquels j’accède le plus souvent et qui sont des services ou des sites d’infos. Je retire en général le titre (Editer le bookmark, supprimer la valeur de la propriété « Nom »)  parce que je trouve ça plus joli, que ça me facilite la lecture et que l’on peut en caser plus. Ils sont plutôt placés sur la gauche de la barre personnelle.

Les seconds sont les dossiers car je suis des sujets précis régulièrement que j’aime avoir sous le coude avec des sites de référence et que je ne me suis jamais fixé sur un système de bookmarks. Je les ai mis au milieu de la barre personnelle.
J’ai bien essayé Delicious.com (C’est dommage mon compte a été définitivement supprimé) mais au final, les ressources vont et viennent tellement vite qu’un moteur de recherche me convient bien finalement. @nhoizey a écrit un article sur ce type d’outils.
Avec l’explosion des services sociaux, j’ai également la possibilité d’enregistrer des ressources même si je trouve que leur système manque de finesse pour retrouver des « like / favoris ».

Et les troisièmes sont les bookmarlets que ce soit pour récupérer des informations sur une page ou pour enregistrer des articles dans un Pocket ou un Flipboard. Ils sont plutôt placés au centre. Le gros inconvénient étant qu’ils n’ont pas d’icônes et qu’il faut par conséquent les mémoriser, parfois un peu lourd quand on revient d’une période d’inactivité digitale. Il y aurait des solutions pour en mettre. Je vous laisse apprécier si vous voulez y consacrer le temps nécessaire.

Vous noterez au passage ce petit reliquat qu’est le répertoire [ RSS ] en premier, je ne peux me résoudre à le supprimer, preuve d’une nostalgie latente de cette époque. Pour le fun, son contenu :

rss

L’utilisation des Bookmarks est plus ou moins vivante et dépend des sujets du moment, par exemple, je peux créer un répertoire sur une recherche précise, au hasard des recherches sur matos PC ou pour ma moto, les vacances, des comparatifs divers et variés, les DMP. Pas de règles particulières ici.

Les raccourcis vers les bookmarks

Je l’utilise surtout pour Pocket, il y a plusieurs solutions possible, sous Firefox, sous Chrome.

La barre d’adresse

L’Awesome bar est aussi un outil génial et bizarrement je ne saurais pas dire si je m’en sers ou si c’est tellement intuitif que c’est devenu complètement transparent. La barre d’adresse de votre navigateur vous permet de taper des mots-clés qui vont directement chercher des urls dans votre historique de navigation, vos bookmarks ainsi que dans les onglets ouverts.

La connexion au navigateur

J’utilise également un compte déclaré au sein de Mozilla et Google pour synchroniser les bookmarks, les identifiants, l’historique et les cookies entre les machines. C’est très pratique et c’est transparent.  Personnellement cela me permet d’avoir des navigateurs identiques à la maison sur les différents postes et sur ma machine professionnelle.

Le dossier « A Lire » et les services tiers

Les services de bookmarks

Je garde un dossier « A lire » mais je l’utilise de moins en moins car je suis tombé sous le charme de Pocket. Cette application cross-platform vous permet via un bookmarklet et de raccourcis dans les applications mobiles d’enregistrer des liens que vous pourrez lire hors-ligne, dans les transports par exemple. Les fonctions sont simples et permettent de mettre en favoris des contenus, de les « marquer comme lu » pour les archiver ou de les supprimer. L’ajout de label et le moteur de recherche permettent de retrouver facilement des articles enregistrés. Couplé à Buffer qui est plus ou moins bien intégré c’est un bon outils pour repartager sur les réseaux sociaux ce que vous choisissez car le savoir ne vaut que s’il est partagé.

La gestion de la barre des onglets et la sauvegarde de session

Je suis complètement fan des onglets épinglés qui permettent de garder sous le coude les sites auxquels j’accède le plus souvent. Sous Firefox, j’ai la chance de pouvoir utiliser Tree Style Tab qui permet d’avoir les onglets sur le côté et donc de voir le <title /> de la page et donc de s’y retrouver plus facilement. Disponible sous Chrome jusqu’à la version 16, cette fonctionnalité a disparu, un ticket a été ouvert. Il y a bien les extensions Chrome Side Tabs et Sidewise Tree Style Tabs mais le fait que les tabs s’ouvrent dans une autre fenêtre me semble manquer d’utilisabilité. Pour approfondir le sujet en anglais.

La sauvegarde des onglets

Je dérive un peu mais les bookmarks servent à ouvrir des onglets non ? J’utilise aussi l’extension Session Manager sous Firefox et Session Buddy sous Chrome parce qu’un navigateur ça plante à cause d’un site, de votre machine ou d’une extension.

La liste des plug-ins

Ci-dessous le récapitulatif liste des modules relatifs à cet article, je vise à limiter leur nombre pour ne pas alourdir l’occupation de la RAM.

Communs :

  • Filtre les pubs : https://adblockplus.org/fr/
  • Importer des feuilles de styles utilisateurs, notamment pour forcer des thèmes sur fonds sombres pour moins fatiguer vos yeux : https://userstyles.org/

Firefox :

Chrome :

Mes sources de veilles

Les réseaux sociaux

Ils sont par définition une source de veille car ils possèdent des fonctionnalités de mise en relation directe avec des individus, des entreprises et des sites spécialisés ou de s’abonner à leur flux qui partagent ou créent du contenu.

Facebook / Twitter / LinkedIn

Facebook et LinkedIn possèdent des fonctionnalités similaires pour se mettre en relation directe avec des personnes ou des entreprises ou de s’abonner à leur fil de publication.

Je trouve qu’ils manquent cependant de bonnes fonctionnalités de tri, de catégorisation et de recherche. Ce sont des sources et non des gestionnaires, pour cela se reposer sur des gestionnaire de bookmarks.

Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil sur Flipboard et Medium. Ça reste une question de goût en terme d’interface multi-plateforme.

Quelques conseils pour ne pas se retrouver noyé dans la masse :

  • Suivez des gens que avez rencontrés dans la vraie vie, pour ma part des collègues actuels ou d’expériences précédentes. Vous alimenterez les conversations à la machine à café ou au déjeuner et pourrez partager vos points de vue en physique.
  • Limitez le nombre de personne que vous suivez, cela fait longtemps que je me limite à une centaine de personnes sur Twitter. J’ai récemment fait le tri dans Facebook (division par deux du nombre de contacts).

Youtube

Je suis complètement fan de Youtube surtout pour ma veille musicale, les suggestions dans la barre latérale de droite et sur la homepages sont pertinentes. Un bon moyen de découvrir des contenus sur beaucoup de domaines.

La possibilité d’ajouter des vidéos à des playlists permettant de les regarder plus tard, de les catégoriser est un vrai plus. Vous pouvez décider si elles sont privées ou publiques.

RSS

Inoreader et RSS

J’avais complètement laisser tomber en désuétude cette super technologie suite à la fermeture de Google Reader. On m’a récemment fait découvrir Inoreader.

L’outil est naturellement très complet et avec l’aide de Google Search vous pourrez simplement créer des règles de recherches sur vos sujets préférés.

 

Un rêve de bienveillance collaborative

J’ai un rêve :

Je rêve qu’un jour les acteurs d’un projet partagent leur savoir et leurs document dans un Google Cloud ou un Office365.

Je rêve qu’un jour, même chez les chefs de projet et les commerciaux, avec leur manie d’envoyer des pièces jointes de 20Mo qui polluent et ralentissent nos boites aux lettres électroniques, on retrouve un lien partageant une ressource dans le cloud.

Je rêve que mes développeurs collaborent avec les autres corps de métiers et trouvent facilement les éléments dont ils ont besoin sans déranger à maintes reprises les chefs de projets ou les créatifs. Les spécifications fonctionnelles, les assets créatifs ou encore les compte-rendu de réunion. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour je puise trouver l’information, bien rangée et bien nommée pour me concentrer sur mon savoir-faire que tu sois en meeting, en congés ou simplement malade. Adieu Prez_Client_Auteur_Revu_par_initiales_versions_finales_V3_ne_pas_effacer_presentation_client_old.ext, bonjour AAAAMMJJ-Entreprise-Client-Sujet.ext !

Je rêve aussi que les solutions de ce type dans le cloud respectent les besoins des utilisateurs avec des interfaces intuitives et simples qui facilitent l’intervention de chacun.

Je rêve de cet outils qui nous permettent d’éditer ensemble ce dashboard de suivi qui nous permet de piloter ce futur succès et de retrouver ce fameux “Job Number” qui nous permet d’imputer le temps passés sur les projets.

Je rêve que tu sois à l’autre bout de monde et que puisses consulter n’importe qu’elle ressource sur ton mobile sans que ton forfait mette à genoux mon compte en banque. Je fais aujourd’hui un rêve !

Avec cette bienveillance nous serons capables de travailler ensemble, de concrétiser nos rêves, de défendre notre savoir-voir et nos expertises en sachant qu’un jour nous serons soudés et peut-être primés à Cannes.

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Technique !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne au Planning Stratégique !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Gestion de projet !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Data !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Création !

Disclaimer : Ces propos n’engagent bien sûr que moi et toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existés sont purement fortuits.

Calculer la bande disponible de nos internautes avec la méthode window.performance, petite révolution !

J’ai vu passer cette présentation qui parle d’une nouvelle API qui vaut son pesant d’or : http://mattandrews.info/talks/port80-2013/#/33

L’objet window.performance va nous permettre, par exemple, de connaitre la bande passante disponible par l’internaute qui consulte un site. Il existe des méthodes qui permettent déjà de tester la BP disponible en calculant par exemple le temps de téléchargement de rendu d’une image mais d’expérience ça prendre du temps à développer pour des résultats aléatoires. Ici on a une API intégrée au moteur du navigateur et les résultats devraient être plus précis.

Cela permet donc d’ajuster, en javascript, certains comportements de la page comme la présentation de médias adaptés à ce qui est disponible. Par exemple des images ou des vidéos plus une moins lourdes.

Plus détails chez nos amis de HTML5Rocks : http://updates.html5rocks.com/2012/08/When-milliseconds-are-not-enough-performance-now et Mozilla : https://developer.mozilla.org/en-US/docs/Web/API/Performance.now()

On y apprend notamment que la grande différence avec Date.now() est que la valeur n’est pas le temps Unix écoulé mais une valeur en milliseconde depuis l’initialisation de la propriété PerformanceTiming.navigationStart

[ Article ] – 24 jours de web – Estimer puis définir le coût d’un projet web

J’ai eu l’occasion de participer à 24 jours de web, un site qui reprend le principe de 24 ways, c’est-à-dire présenter des articles au tour des technologies web sous forme de calendrier de l’avant. Deux nuances tout de même, la première étant que les articles sont en français et la deuxième est le soutien à l’association Handiparentalité.

Ma participation reprend et présentes les basiques de la construction d’un budget pour les applications web et est intitulée « Estimer puis définir le coût d’un projet web« .

Bravo aux organisateurs et aux participants et merci à tous ceux qui ont fait un don.

[ Paris web ] – La bisounourserie

Aller à l’ancienne, Nicolas Hoffmann a publié ce week-end un article sur son blog sur la bisounourserie qui règne à Paris web. Je vais également apporter de l’eau à ce moulin qui ni pas prêt de s’arrêter. 

Tout d’abord pour appuyer le premier point, on ne peut pas faire grand chose pour vous si vous êtes aigri et que voir des gens venir partager leur savoir-faire avec du sourire et de l’enthousiasme vous pose problème. Accessoirement cela n’a rien à voir avec Paris Web. Je vous recommande à ce propos la lecture de l’excellent livre « Comment devenir un optimiste contagieux« , cela devait vous permettre de voir les choses différemment.

Paris Web c’est aussi une bande de copain qui a vu le jour au début des années 2000 avec le renouveau des standards avec des sites comme Pompage et sa liste de discussion, Openweb, Cybercodeur ou Standblog où nous discutions pendant des heures sur la compréhension de ceux-ci et en quoi cela impactait nos métiers. On était tout fous de voir toutes les possibilités offertes et tellement heureux de pouvoir les partager. 10 ans après le groupe s’est étoffé au fil des évènements, de création de boites, de blogs, d’apéro, de meet-up et je ne vois pas à priori de limites à ce qu’elle se renouvelle
Aparté entre parenthèses, on nous a souvent reproché d’être trop « communautaire » à Paris Web, pourtant j’ai pu lire dans quelques articles que des gens viennent plus pour rencontrer des gens qu’ils côtoient virtuellement que pour assister aux conférences. C’est bien la preuve que d’une part l’orga. est à l’écoute des remarques, qu’elle essaye de favoriser aux maximum les échanges mais que surtout qu’avec un peu de simplicité et de volonté, les rencontres et les échanges se créent.

En ce qui concerne le fait d’avoir les pieds sur terre et garder en tête la réalité d’une vie en entreprise et en particulier dans une agence de création de site web, qu’elle soit orientée développement ou création, je pense que la majeur partie des conférenciers viennent partager un savoir-faire éprouvé sur le terrain. Oui c’est possible qu’il y ait une erreur de casting dans certains cas mais reconnaissons quand même que c’est à la marge. En relevant ces points sur vos blogs, vous avez deux positions, baissez les bras et vous résilier à perdre votre temps et votre argent en ne prévenant pas que le pixel perfect est d’un autre temps ou échanger, proposer et trouver des solutions à plusieurs.

Enfin si vous souhaitez moduler cette tendance, Paris web est un événement ouvert auquel vous pouvez proposer des conférences, si vous n’êtes à l’aise en présentation, vous pourrez même participer à un atelier de formation !

Bonne journée =)

Changement de skin – Part 2

J’ai corrigé les quelques bugs :

  • Virer le search en doublon, c’était super simple, il suffisait de désactiver le widgets « Moteur de recherche » installé par défaut
  • Désactiver le module de Captcha, à voir avec l’auteur
  • Rajouter la description du blog sous le titre du blog pour garder la cohérence et ne pas perturber nos chers robots d’indexation et ajuster la CSS.

Dotclear c’est bien foutu !