Gérer sa veille

Je vous propose un article en réaction à la lecture de ce tweet :

C’est l’occasion de faire cette migration de Dotclear vers WordPress entamée il y a plus d’un an et de passer sur un système plus souple et surtout d’avoir un template responsive. Moche certes. Merci pour ce tweet donc =)

C’est aussi l’occasion de faire le point sur ma façon de faire de la veille informationnelle et de voir si je suis dans le coup et si je dois récupérer quelques wagons. Je vais couvrir la question abordée par Clément sous l’angle de l’utilisation du navigateur puis je vous fournirai les source de ma veille dans le cadre de mon métier. Je ne lis pas la presse papier et j’utilise des outils dans mes navigateurs et sur mon mobile.

Disclaimer : J’utilise naturellement des mots et des anglicismes et l’article se veut volontairement généraliste dans sa formulation car le sujet ne concerne pas que les techniciens.

Des généralités et du contexte …

J’utilise deux navigateurs au quotidien, Firefox pour la navigation personnelle et Chrome pour la navigation professionnelle. Je fais cette distinction parce que j’aime Firefox pour son esprit, son respect de la vie privée, son ouverture, bref si vous atterrissez ici il y a des chances que vous ayez cette sensibilité. Je l’ai vu naître, j’ai râlé après pendant cette période sombre où il était lent et plantait (aussi à cause de mauvais plug-ins) et je n’oublierai jamais tout ce qu’il a apporté comme détrôner IE6 et offrir des plug-ins permettant de faire du développement Front-end avec beaucoup plus d’efficacité. Comme il me fallait un deuxième navigateur j’ai naturellement choisi Chrome car il offrait à l’époque peu ou prou les mêmes fonctionnalités puis avec le temps une intégration parfaite et surperformante de Google Drive, que j’utilisais beaucoup pour bosser.
J’utilise beaucoup (peu diront certains) les onglets, du coup je me suis organisé au fil des années.

Afin d’illustrer cet article, deux copies d’écran :

Firefox : bookmarks-ff

Chrome :

bookmarks-chrome

Les outils du navigateur

Les favoris et les bookmarlets

J’ai trois type de bookmarks dans ma barre personnelle située en haut du navigateur sous la barre d’url. Les premiers sont ceux auxquels j’accède le plus souvent et qui sont des services ou des sites d’infos. Je retire en général le titre (Editer le bookmark, supprimer la valeur de la propriété « Nom »)  parce que je trouve ça plus joli, que ça me facilite la lecture et que l’on peut en caser plus. Ils sont plutôt placés sur la gauche de la barre personnelle.

Les seconds sont les dossiers car je suis des sujets précis régulièrement que j’aime avoir sous le coude avec des sites de référence et que je ne me suis jamais fixé sur un système de bookmarks. Je les ai mis au milieu de la barre personnelle.
J’ai bien essayé Delicious.com (C’est dommage mon compte a été définitivement supprimé) mais au final, les ressources vont et viennent tellement vite qu’un moteur de recherche me convient bien finalement. @nhoizey a écrit un article sur ce type d’outils.
Avec l’explosion des services sociaux, j’ai également la possibilité d’enregistrer des ressources même si je trouve que leur système manque de finesse pour retrouver des « like / favoris ».

Et les troisièmes sont les bookmarlets que ce soit pour récupérer des informations sur une page ou pour enregistrer des articles dans un Pocket ou un Flipboard. Ils sont plutôt placés au centre. Le gros inconvénient étant qu’ils n’ont pas d’icônes et qu’il faut par conséquent les mémoriser, parfois un peu lourd quand on revient d’une période d’inactivité digitale. Il y aurait des solutions pour en mettre. Je vous laisse apprécier si vous voulez y consacrer le temps nécessaire.

Vous noterez au passage ce petit reliquat qu’est le répertoire [ RSS ] en premier, je ne peux me résoudre à le supprimer, preuve d’une nostalgie latente de cette époque. Pour le fun, son contenu :

rss

L’utilisation des Bookmarks est plus ou moins vivante et dépend des sujets du moment, par exemple, je peux créer un répertoire sur une recherche précise, au hasard des recherches sur matos PC ou pour ma moto, les vacances, des comparatifs divers et variés, les DMP. Pas de règles particulières ici.

Les raccourcis vers les bookmarks

Je l’utilise surtout pour Pocket, il y a plusieurs solutions possible, sous Firefox, sous Chrome.

La barre d’adresse

L’Awesome bar est aussi un outil génial et bizarrement je ne saurais pas dire si je m’en sers ou si c’est tellement intuitif que c’est devenu complètement transparent. La barre d’adresse de votre navigateur vous permet de taper des mots-clés qui vont directement chercher des urls dans votre historique de navigation, vos bookmarks ainsi que dans les onglets ouverts.

La connexion au navigateur

J’utilise également un compte déclaré au sein de Mozilla et Google pour synchroniser les bookmarks, les identifiants, l’historique et les cookies entre les machines. C’est très pratique et c’est transparent.  Personnellement cela me permet d’avoir des navigateurs identiques à la maison sur les différents postes et sur ma machine professionnelle.

Le dossier « A Lire » et les services tiers

Les services de bookmarks

Je garde un dossier « A lire » mais je l’utilise de moins en moins car je suis tombé sous le charme de Pocket. Cette application cross-platform vous permet via un bookmarklet et de raccourcis dans les applications mobiles d’enregistrer des liens que vous pourrez lire hors-ligne, dans les transports par exemple. Les fonctions sont simples et permettent de mettre en favoris des contenus, de les « marquer comme lu » pour les archiver ou de les supprimer. L’ajout de label et le moteur de recherche permettent de retrouver facilement des articles enregistrés. Couplé à Buffer qui est plus ou moins bien intégré c’est un bon outils pour repartager sur les réseaux sociaux ce que vous choisissez car le savoir ne vaut que s’il est partagé.

La gestion de la barre des onglets et la sauvegarde de session

Je suis complètement fan des onglets épinglés qui permettent de garder sous le coude les sites auxquels j’accède le plus souvent. Sous Firefox, j’ai la chance de pouvoir utiliser Tree Style Tab qui permet d’avoir les onglets sur le côté et donc de voir le <title /> de la page et donc de s’y retrouver plus facilement. Disponible sous Chrome jusqu’à la version 16, cette fonctionnalité a disparu, un ticket a été ouvert. Il y a bien les extensions Chrome Side Tabs et Sidewise Tree Style Tabs mais le fait que les tabs s’ouvrent dans une autre fenêtre me semble manquer d’utilisabilité. Pour approfondir le sujet en anglais.

La sauvegarde des onglets

Je dérive un peu mais les bookmarks servent à ouvrir des onglets non ? J’utilise aussi l’extension Session Manager sous Firefox et Session Buddy sous Chrome parce qu’un navigateur ça plante à cause d’un site, de votre machine ou d’une extension.

La liste des plug-ins

Ci-dessous le récapitulatif liste des modules relatifs à cet article, je vise à limiter leur nombre pour ne pas alourdir l’occupation de la RAM.

Communs :

  • Filtre les pubs : https://adblockplus.org/fr/
  • Importer des feuilles de styles utilisateurs, notamment pour forcer des thèmes sur fonds sombres pour moins fatiguer vos yeux : https://userstyles.org/

Firefox :

Chrome :

Mes sources de veilles

Les réseaux sociaux

Ils sont par définition une source de veille car ils possèdent des fonctionnalités de mise en relation directe avec des individus, des entreprises et des sites spécialisés ou de s’abonner à leur flux qui partagent ou créent du contenu.

Facebook / Twitter / LinkedIn

Facebook et LinkedIn possèdent des fonctionnalités similaires pour se mettre en relation directe avec des personnes ou des entreprises ou de s’abonner à leur fil de publication.

Je trouve qu’ils manquent cependant de bonnes fonctionnalités de tri, de catégorisation et de recherche. Ce sont des sources et non des gestionnaires, pour cela se reposer sur des gestionnaire de bookmarks.

Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil sur Flipboard et Medium. Ça reste une question de goût en terme d’interface multi-plateforme.

Quelques conseils pour ne pas se retrouver noyé dans la masse :

  • Suivez des gens que avez rencontrés dans la vraie vie, pour ma part des collègues actuels ou d’expériences précédentes. Vous alimenterez les conversations à la machine à café ou au déjeuner et pourrez partager vos points de vue en physique.
  • Limitez le nombre de personne que vous suivez, cela fait longtemps que je me limite à une centaine de personnes sur Twitter. J’ai récemment fait le tri dans Facebook (division par deux du nombre de contacts).

Youtube

Je suis complètement fan de Youtube surtout pour ma veille musicale, les suggestions dans la barre latérale de droite et sur la homepages sont pertinentes. Un bon moyen de découvrir des contenus sur beaucoup de domaines.

La possibilité d’ajouter des vidéos à des playlists permettant de les regarder plus tard, de les catégoriser est un vrai plus. Vous pouvez décider si elles sont privées ou publiques.

RSS

Inoreader et RSS

J’avais complètement laisser tomber en désuétude cette super technologie suite à la fermeture de Google Reader. On m’a récemment fait découvrir Inoreader.

L’outil est naturellement très complet et avec l’aide de Google Search vous pourrez simplement créer des règles de recherches sur vos sujets préférés.

 

Un rêve de bienveillance collaborative

J’ai un rêve :

Je rêve qu’un jour les acteurs d’un projet partagent leur savoir et leurs document dans un Google Cloud ou un Office365.

Je rêve qu’un jour, même chez les chefs de projet et les commerciaux, avec leur manie d’envoyer des pièces jointes de 20Mo qui polluent et ralentissent nos boites aux lettres électroniques, on retrouve un lien partageant une ressource dans le cloud.

Je rêve que mes développeurs collaborent avec les autres corps de métiers et trouvent facilement les éléments dont ils ont besoin sans déranger à maintes reprises les chefs de projets ou les créatifs. Les spécifications fonctionnelles, les assets créatifs ou encore les compte-rendu de réunion. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour je puise trouver l’information, bien rangée et bien nommée pour me concentrer sur mon savoir-faire que tu sois en meeting, en congés ou simplement malade. Adieu Prez_Client_Auteur_Revu_par_initiales_versions_finales_V3_ne_pas_effacer_presentation_client_old.ext, bonjour AAAAMMJJ-Entreprise-Client-Sujet.ext !

Je rêve aussi que les solutions de ce type dans le cloud respectent les besoins des utilisateurs avec des interfaces intuitives et simples qui facilitent l’intervention de chacun.

Je rêve de cet outils qui nous permettent d’éditer ensemble ce dashboard de suivi qui nous permet de piloter ce futur succès et de retrouver ce fameux “Job Number” qui nous permet d’imputer le temps passés sur les projets.

Je rêve que tu sois à l’autre bout de monde et que puisses consulter n’importe qu’elle ressource sur ton mobile sans que ton forfait mette à genoux mon compte en banque. Je fais aujourd’hui un rêve !

Avec cette bienveillance nous serons capables de travailler ensemble, de concrétiser nos rêves, de défendre notre savoir-voir et nos expertises en sachant qu’un jour nous serons soudés et peut-être primés à Cannes.

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Technique !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne au Planning Stratégique !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Gestion de projet !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Data !

Que la cloche de la bienveillance et du partage sonne à la Création !

Disclaimer : Ces propos n’engagent bien sûr que moi et toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existés sont purement fortuits.

Calculer la bande disponible de nos internautes avec la méthode window.performance, petite révolution !

J’ai vu passer cette présentation qui parle d’une nouvelle API qui vaut son pesant d’or : http://mattandrews.info/talks/port80-2013/#/33

L’objet window.performance va nous permettre, par exemple, de connaitre la bande passante disponible par l’internaute qui consulte un site. Il existe des méthodes qui permettent déjà de tester la BP disponible en calculant par exemple le temps de téléchargement de rendu d’une image mais d’expérience ça prendre du temps à développer pour des résultats aléatoires. Ici on a une API intégrée au moteur du navigateur et les résultats devraient être plus précis.

Cela permet donc d’ajuster, en javascript, certains comportements de la page comme la présentation de médias adaptés à ce qui est disponible. Par exemple des images ou des vidéos plus une moins lourdes.

Plus détails chez nos amis de HTML5Rocks : http://updates.html5rocks.com/2012/08/When-milliseconds-are-not-enough-performance-now et Mozilla : https://developer.mozilla.org/en-US/docs/Web/API/Performance.now()

On y apprend notamment que la grande différence avec Date.now() est que la valeur n’est pas le temps Unix écoulé mais une valeur en milliseconde depuis l’initialisation de la propriété PerformanceTiming.navigationStart

[ Article ] – 24 jours de web – Estimer puis définir le coût d’un projet web

J’ai eu l’occasion de participer à 24 jours de web, un site qui reprend le principe de 24 ways, c’est-à-dire présenter des articles au tour des technologies web sous forme de calendrier de l’avant. Deux nuances tout de même, la première étant que les articles sont en français et la deuxième est le soutien à l’association Handiparentalité.

Ma participation reprend et présentes les basiques de la construction d’un budget pour les applications web et est intitulée « Estimer puis définir le coût d’un projet web« .

Bravo aux organisateurs et aux participants et merci à tous ceux qui ont fait un don.

[ Paris web ] – La bisounourserie

Aller à l’ancienne, Nicolas Hoffmann a publié ce week-end un article sur son blog sur la bisounourserie qui règne à Paris web. Je vais également apporter de l’eau à ce moulin qui ni pas prêt de s’arrêter. 

Tout d’abord pour appuyer le premier point, on ne peut pas faire grand chose pour vous si vous êtes aigri et que voir des gens venir partager leur savoir-faire avec du sourire et de l’enthousiasme vous pose problème. Accessoirement cela n’a rien à voir avec Paris Web. Je vous recommande à ce propos la lecture de l’excellent livre « Comment devenir un optimiste contagieux« , cela devait vous permettre de voir les choses différemment.

Paris Web c’est aussi une bande de copain qui a vu le jour au début des années 2000 avec le renouveau des standards avec des sites comme Pompage et sa liste de discussion, Openweb, Cybercodeur ou Standblog où nous discutions pendant des heures sur la compréhension de ceux-ci et en quoi cela impactait nos métiers. On était tout fous de voir toutes les possibilités offertes et tellement heureux de pouvoir les partager. 10 ans après le groupe s’est étoffé au fil des évènements, de création de boites, de blogs, d’apéro, de meet-up et je ne vois pas à priori de limites à ce qu’elle se renouvelle
Aparté entre parenthèses, on nous a souvent reproché d’être trop « communautaire » à Paris Web, pourtant j’ai pu lire dans quelques articles que des gens viennent plus pour rencontrer des gens qu’ils côtoient virtuellement que pour assister aux conférences. C’est bien la preuve que d’une part l’orga. est à l’écoute des remarques, qu’elle essaye de favoriser aux maximum les échanges mais que surtout qu’avec un peu de simplicité et de volonté, les rencontres et les échanges se créent.

En ce qui concerne le fait d’avoir les pieds sur terre et garder en tête la réalité d’une vie en entreprise et en particulier dans une agence de création de site web, qu’elle soit orientée développement ou création, je pense que la majeur partie des conférenciers viennent partager un savoir-faire éprouvé sur le terrain. Oui c’est possible qu’il y ait une erreur de casting dans certains cas mais reconnaissons quand même que c’est à la marge. En relevant ces points sur vos blogs, vous avez deux positions, baissez les bras et vous résilier à perdre votre temps et votre argent en ne prévenant pas que le pixel perfect est d’un autre temps ou échanger, proposer et trouver des solutions à plusieurs.

Enfin si vous souhaitez moduler cette tendance, Paris web est un événement ouvert auquel vous pouvez proposer des conférences, si vous n’êtes à l’aise en présentation, vous pourrez même participer à un atelier de formation !

Bonne journée =)

Changement de skin – Part 2

J’ai corrigé les quelques bugs :

  • Virer le search en doublon, c’était super simple, il suffisait de désactiver le widgets « Moteur de recherche » installé par défaut
  • Désactiver le module de Captcha, à voir avec l’auteur
  • Rajouter la description du blog sous le titre du blog pour garder la cohérence et ne pas perturber nos chers robots d’indexation et ajuster la CSS.

Dotclear c’est bien foutu !

[ Paris web ] – 2013 – Une année de transition ?

De mon point de vue c’est toujours aussi difficile de critiquer cet évènement quand on connait la somme de travail que cela représente, néanmoins c’est avec les critiques constructives que l’on s’améliore. Je passe les détails sur la salle, la bouffe, les chaises du salon d’honneur, tout cela est détaillé dans plein de billets et déjà remonté à l’équipe d’organisation. Malgré ces petits défauts, je retiens surtout qu’une belle salle en plein Paris, c’est bien plus pratique pour tout le monde !

Pour le coup je pense avoir eu le bon flair pour assister à trois conférences qui traitent de la gestion des données personnelles et de la façon dont elles sont acquises, comment nous devrions les traiter et pourquoi nous devrions y faire attention :

Ces sujets ne font à priori pas partie des sujets que l’on pourrait s’attendre à voir à PW notamment car ils sont très loin de la baseline « Accessibilité, Qualité et Webdesign », pourtant je suis certain que ces conférences ont leur place dans cet événement et j’espère en voir pour la prochaine édition. C’est un enjeu extrêmement important qui nous concerne particulièrement car je pense qu’en tant que travailleurs du secteur informatique nous sommes bien placés pour le comprendre et en parler autour de nous. Sans rentrer dans le détail de ces conférences, voici des outils qui devraient vous intéresser : 

Je pense qu’il y a également de le place pour traiter de la gestion de projet, vu la demande. La/le chef de projet, ce véritable chef d’orchestre qui doit avoir un champ de connaissance si vaste et une empathie si large qu’il devrait être traité avec plus d’égards. Là aussi cela ne fait pas partie de la baseline initiale et pourtant, je persiste à croire que les sujets techniques initiaux sont arrivés à maturité et qu’il est temps de pousser des sujets d’organisation. En me relisant, je me dis aussi qu’on avait peut-être pas encore le recul pour en parler et que bon nombre de chefs de projet se sont seniorisés et peuvent partager leurs retours d’expériences. Je ne perds pas de vue que les chefs de projet seniors d’aujourd’hui étaient probablement les développeurs et concepteurs – au sens large – d’hier et qu’ils ont par définifition une expérience du terrain pragmatique à partager.

Pour rappel les idéaux et la bisounourserie tant reprochés à PW ne sont pas des vérités et des chemins absolus. Comme pour la Qualité et l’Accessibilité, ce sont des objectifs vers lesquels il faut tendre et gérer dans le cadre d’un contexte client. Se fixer ces objectifs comme des absolus, c’est passer à côté du bonheur et du non stress, c’est s’engouffrer dans une quête impossible. Je vais dériver un peu, mais je ne suis absolument pas d’accord quand je lis que des conférences incitants à se passer de jQuery manquent de pragmatisme et qu’il n’est pas possible d’expliquer à son client qu’IE8 n’est pas supporté. D’une part, évoquer des sujets en avance sur leur temps permettent de les digérer pour les mettre en place le moment venu, d’autre part, expliquer à son client que mettre en place des fonctionnalités sous IE8 prennent plus de temps et coûtent forcément plus cher font partie de notre job de cadrage en tant que chefs de projet. Quel est notre scope d’intervention et que vendons nous à nos clients sont les deux premiers éléments clés qui permettent de mener à terme un projet dans de bonnes conditions.

Pour conclure, je dirais que Parisweb est en train de muter comme nos métiers et nos organisations et que j’invite l’équipe à réfléchir sur cette baseline qui a peut-être pris quelque rides, ce qui dans le fond me réjouit car cela veut dire que tout la profession évolue.

Adrien

Mouton ++

Je sais plus comment je tombé sur ça : http://pdf.20mn.fr/2013/autres/resultats_one_2013_1.pdf

Un PDF vantant le positionnement de 20 minutes qui se compare aux autres grands journaux historiques, je sais pas vous mais ça m’agace à la la longue qu’on me prenne pour un imbécile. D’entrée l’étude est faussée car à ma connaissance 20 minutes est distribuée gratuitement dans les transports en île de france alors que les autres sont vendus dans des kiosques. De fait la comparaison n’est pas possible et débile.

[ MyOpenID ] – Fin de service

Je viens de recevoir un mail du service MyOpenID qui m’annonce que le service sera coupé au premier février 2014, ça me fait un peu mal au cœur : 

In 2006 Janrain created myOpenID to fulfill our vision to make registration and login easier on the web for people. Since that time, social networks and email providers such as Facebook, Google, Twitter, LinkedIn and Yahoo! have embraced open identity standards. And now, billions of people who have created accounts with these services can use their identities to easily register and login to sites across the web in the way myOpenID was intended.By 2009 it had become obvious that the vast majority of consumers would prefer to utilize an existing identity from a recognized provider rather than create their own myOpenID account. As a result, our business focus changed to address this desire, and we introduced social login technology. While the technology is slightly different from where we were in 2006, I’m confident that we are still delivering on our initial promise – that people should take control of their online identity and are empowered to carry those identities with them as they navigate the web.

For those of you who still actively use myOpenID, I can understand your disappointment to hear this news and apologize if this causes you any inconvenience. To reduce this inconvenience, we are delaying the end of life of the service until February 1, 2014 to give you time to begin using other identities on those sites where you use myOpenID today.

Speaking on behalf of Janrain, I truly appreciate your past support of myOpenID.

Sincerely,
Larry

Juste pour vous dire que c’est un service qui proposait d’utiliser OpenId pour vous permettre de vous authentifier sur plusieurs domaines de manière simple, ce que beaucoup connaissent aujourd’hui sous une forme dérivée comme Facebook Connect sauf que là c’est un système ouvert.

Bref, encore un petit bout de liberté qui s’en va et qui me laisse un arrière goût amer.